Florence Briollais, International Psychology, Practice and Research, 2, 2011 UN ESPACE OXYMORIQUE. Oxymoronic Space

Please download to get full document.

View again

All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
 5
 
  UNESPACEOXYMORIQUE OxymoronicSpace FlorenceBRIOLAIS 1 Reçule21novembre2010,acceptéle4février2011 Résumé LesécritsdeJ.Guyon,mystiqueoccidentaleduXVIIesiècle,révèlentlamétamorphose de sa subjectivité et
Related documents
Share
Transcript
UNESPACEOXYMORIQUE OxymoronicSpace FlorenceBRIOLAIS 1 Reçule21novembre2010,acceptéle4février2011 Résumé LesécritsdeJ.Guyon,mystiqueoccidentaleduXVIIesiècle,révèlentlamétamorphose de sa subjectivité et l éprouvé de la mutation de son espace vécu. Les rencontres avec des guides spirituels l orientent vers la voie mystique et lui permettent d accéder à ce qui sera son chemin singulier. La modification singulière de son espace subjectif présenteraitdessimilitudesaveclatransformationdel espacesubjectifopéréelorsdu procèsd unecureanalytique. La proposition, développée dans cet article, serait de qualifier ce nouvel espace «d oxymorique», au sens de cette figure de style paradoxale consistant à rapprocher deuxsensopposés.unelectureattentivedesdifférentsécritsdejeanneguyonpermet d extrairecettefigurederhétoriquequ estl oxymoredonnantuneconsistancespatialeà lasubjectivité.ilseraévoquél opérationtopologiqueduretournementdelasphèrepour montrerquellefutlatransformationdecetespacesubjectifchezjeanneguyon. Mots clés:espace Subjectivité Oxymore Topologie Mystique OxymoronicSpace Abstract The works of J. Guyon, the 17th century French mystic and writer, reveal the metamorphosisofhersubjectivityandthetransformationofherpersonalexperiences. Herencounterswithspiritualguidesledhertofollowamysticandindeedverypersonal path.thesingulartransformationofhersubjectivespaceissimilartothatwhichtakes placeinanalyticalpsychology. The aim of this article is to qualify this new oxymoronic space, an oxymoron being a paradoxical figure of speech which brings together two contrary notions. A close reading of J. Guyon s different works enables us to extract this rhetorical figure, the oxymoron,thusgivingaspatialconsistencytosubjectivity.thetopologicaloperationof sphere reversal will be dealt with in order to demonstrate the transformation of this subjectivespace. 1 Docteurenpsychopathologieclinique Psychanalyste,UniversitédeToulouseLeMirail,Laboratoirede Cliniques Psychopathologique et Interculturelle (LCPI), directeurs : Gérard Pirlot et Marie Jean Sauret, UniversitédeToulouse2. Adresse:1,ruedesBénédictines,33800Bordeaux Tél: / Keywords:Space Subjectivity Oxymoron Topology Mystic Espaciode oxímoronico Resumen LosescritosdeJ.Guyon,místicaoccidentaldelsigloXVII,revelanlametamorfosisdesu subjetividadylaexperimentacióndelamutacióndesuespaciovivencial.losencuentros conguíasespiritualeslaorientanhacialavíamísticaylepermitenalcanzarloqueserá su recorrido peculiar. La modificación singular de su espacio subjetivo presentaría semejanzas con la transformación del espacio subjetivo llevada a cabo durante el procesodeunacuraanalítica. La proposición desarrollada en este artículo sería calificar ese nuevo espacio de oxímoronico en el sentido de esta figura de estilo paradójica que consiste en asociar dos sentidos opuestos. Una lectura atenta de los diversos escritos de Jeanne Guyon permite sacar a relucir esa figura retórica que es el oxímoron lo cual presta una consistenciaespacialalasubjetividad.seevocarálaoperacióntopológicadelavueltade laesferaparamostrarcuálfuelatransformacióndeesteespaciosubjetivoparajeanne Guyon. Palabrasclave:Espacio Subjetividad Oxímoron Topología Mística Dans le champ de la psychanalyse, l espace de la perception comme expérience dumonde,l espaceducorpscommechairdecetteexpérience,sesubordonneauxloisde la parole. L espace en appelle au langage et à l énonciation singulière d un sujet. Cet espace est définissable selon trois dimensions: celle du symbolique, qui en appelle au langageetausens;celledel imaginairedanssonrapportaucorps;etcelleduréelen lien à la jouissance. L espace subjectif est puissance de connexion entre ces instances disjointes, et cette connexion s actualise dans le moment où le sujet émerge en son acted énonciation,autourdepointsdedisjonction.(f.briolais,2009). Les écrits de J. Guyon, mystique occidentale du XVIIe siècle révèle la métamorphose de sa subjectivité et l éprouvé de la mutation de son espace vécu. Les rencontresavecdesguidesspirituelsl oriententverslavoiemystiqueetluipermettent d accéderàcequiserasoncheminsingulier.silamodificationdesonespacesubjectif dépasse ce que le sens commun peut accepter comme repérage, il présente cependant dessimilitudesaveclatransformationdel espacesubjectifopéréelorsduprocèsd une cure. La proposition, développée dans cet article, serait de qualifier ce nouvel espace «d oxymorique», au sens de cette figure de style paradoxale consistant à rapprocher 2 deuxsensopposés.unelectureattentivedesdifférentsécritsdejeanneguyonpermet d extrairecettefigurederhétoriquequ estl oxymoredonnantuneconsistancespatialeà lasubjectivité.ilseraévoquél opérationtopologiqueduretournementdelasphèrepour montrerqu ellefutlatransformationdecetespacesubjectifchezjeanneguyon. L œuvre dont les Écrits biographiques (J. Guyon, ) et la correspondance de J. Guyon (J. Guyon & Fénelon, ) ainsi que la lecture du dernierouvragedecatherinemillot,lavieparfaite,(c.millot,2006)etlaconférencede Jacques Le Brun «Refus de l extase et assomption de l écriture dans la mystique moderne» (J. Le Brun, 2007), m ont décidée à étudier l espace subjectif de Madame Guyondanslecadred untravailuniversitaireetàécrireparlasuitecetarticle. C. Millot cerne la dimension métapsychologique de la mystique, c est à dire la transformation topique produite par l accomplissement abouti de cette quête de l Absolu,corrélativeàlaréalisationsubjectivedusujet.Sonintérêtrejointdonclenôtre. Les témoignages de cette mystique révèlent son expérience existentielle allant jusqu à l éprouvé subjectif d un espace singulier qui serait un«dehors» sans dedans(pour le limiter,leborner)undehors«illimité».l éprouvédanscetteexpérienceestceluid un «élargissement», terme que l auteur nous invite à prendre dans le sens de sortir des limitesdesoi même,c est à direcellesqu imposelemoi,etdanslesensd amplification del espace.nousverronsquejeanneguyonn estguèrelaproiedudoute.cequecette mystique éclaire de son expérience c est que«le désir c est la loi». Et les effets d une telle loi se lisent dans cette détermination, qui caractérise Jeanne Guyon, à poursuivre son parcours envers et contre tout, envers et contre tous. Comme, dans les choix qui s imposent à elle, et la position qu elle tient alors qu elle est disgraciée, emprisonnée, harcelée.catherinemillot,suivantpasàpasletrajetdecesujet,repèreradessimilitudes entre le parcours qu accomplit cette mystique et celui que réalise un sujet en cure, et trouvera une certaine ressemblance entre la direction des âmes (Jeanne Guyon et ses directeursspirituels,fénelonetjeanneguyon)etladirectiondescuresanalytiques. Quant à l approche de Jacques Le Brun, c est très précisément sur l écriture de Jeanne Guyon que son intérêt se porte, puisque s y manifeste l éprouvé de l extase mystiqueàl issueduparcoursinitiatique.expériencedesortiedesoi,intérieurretourné toutendehorss énonçantensestorrentsd écriture(j.guyon, ). Notre thèse, postulant l émergence d un nouvel espace subjectif au terme d une cure psychanalytique, pourra prendre appui sur le témoignage de Jeanne Guyon. Ses écrits montrent avec force combien fut radicale la métamorphose de son éprouvé de l espace, devenu illimité et paradoxal, après qu elle eut accompli l étape ultime de son expérienceinitiatique. Unparcours:ledésirc estlaloi Jeanne Guyon, née Jeanne Marie Bouvier de la Mothe, est issue d un second mariage tant du côté maternel que paternel. Prématurée, donnée «pour morte», atteinted unabcèsaubasdudos,entrelavieetlamortdèslespremiersjoursdesa naissance,ellevacependantyréchapper.cet«entrelavieetlamort»(j.guyon, : 111) de son enfance sera pour Jeanne Guyon, la mystique, «préfiguration des 3 alternancesdevieetdemortspirituelles»vécuesplustard.etl abcès,ellel interprètera comme«lacorruptionàextrairedesonâmepourtoutessesmorts».àl encroire,seul son père s en affligea. La mère de Jeanne reste distante, peu impliquée. Jeanne sera «ballottée» entre différents couvents et la maison familiale (dès deux ans et demi, l enfantestconfiéebrièvementauxursulines)(j.guyon, :116). La vie de Jeanne Guyon est chaotique, mais le père veille, présent et attentif à sa fille. Cette bienveillance restera constante et salutaire, dans la réalité et référentiellement. «Père protecteur» que Jeanne enfant appelle, lors d un simulacre d immolation.«ilnem estpaspermisdemourirsanslapermissiondemonpère»criera telle(j.guyon, :114). LaprésenceattentiveetaimantedupèreestrelayéeauprèsdeJeanneparsademisœur, enfant d un premier mariage, qui lui donnera de l amour et la seule éducation moraleetintellectuellequ ellereçûtdansl enfance.ballottée,maladive,chétive,lapetite filletombaitaussibeaucoup,chutesdontelleserelevaitindemnebienque«lecorpssoit marquéetenflé».cenepouvaitêtrealors«qu àlagrâcededieu»etsigneallégorique de son désir. Jeanne Guyon ne manquera pas de relater ses «immodesties» ou jeux sensuels avec ses petites camarades, et plus tard son onanisme(j. Guyon, : , ).Lespassagesécritsoùétaientconsignéssesaveux,rencontrèrentla même hostilité que celle qui s éleva contre les théories freudiennes sur la sexualité infantile, ils furent censurés par les éditeurs. Jeanne apprenant l interdit, «le péché», aurabeaucoupdemalàlâchercettecompulsionàlamasturbation.époqueoùellepasse ses nuits à lire des romans et où son père s opposera à son mariage, arrangé par sa femme. Jeanne est trop jeune, elle n a en effet que douze ans. Lors de l éveil du printemps, la pulsion se fait entendre, non sans quelques perversions, «dignes de Laclos»,commenteraC.Millot(C.Millot,2006:22) Jeanne Marie Bouvier de la Mothe, âgée de seize ans, sera finalement mariée à JacquesGuyonduChesnoydevingt deuxanssonaîné,(j.guyon, : ). Cette union la fera«esclave» toute dévouée à son mari et à son acariâtre belle mère. Elledevrasoignersonépouxdurantdelonguesannéesettenircompagnieàcettetrès exigeantebelle mèredesjournéesentièressanspouvoirsortirdesachambre. Et cette condition de servitude volontaire, qui ligote Jeanne, sera aggravée par la maladie,lesdeuils.alorsqu elleestdanslapleinebeautédesesvingt deuxans,elleest atteinte de la petite vérole ainsi que ses fils dont l un en mourût. Son père, prévenant, tentera, en vain, de la mettre à l abri de cette épidémie en la rappelant à lui. La bellemèredejeannes yopposera.sonvisageseradévasté,savueaffaiblie;làoùtriomphait sonorgueilviendrasonhumiliation.maiselleyverralavolontédivine:«unevoixdans soncœurluidisait:sijet avaisvoulubelle,jet auraislaisséecommetuétais»(j.guyon, :267). Les deuils vont se succéder: son fils cadet, son père, sa fille Marie Anne, la mère Granger,supérieuredesUrsulines.C estcettedernièredisparitionquilaplongeradans un grand désarroi: «Dans le temps que vous me dépouillez par l intérieur de toute conduiteaperçue,quevousrenversiezmessentiers,quevousbouchiezmesvoiesdepierres 4 carrées,c estdanscetempsquevousm ôtiezcellequipouvaitmeguiderdanscechemin toutégaréettoutseméd épines.»(j.guyon, :307). Ainsi Dieu, interprètera t elle, aura été «affamé» de sa «destruction». Nous pouvonsmesurercombienleparcoursexistentieldejeanneguyonestchaquejourplus difficile,plusdouloureux,lalaissanttoujoursplusprofondémentseuleetsansrecours. Mal mariée, malmenée, Jeanne Guyon se jette dans la dévotion. De bonnes rencontrescependant la soutiendront et la guideront à différents moments dans son parcours initiatique, jusqu à un certain seuil que seule elle franchira. Ainsi, sa demisœur,commenousl avonsvuplushaut,estmadamedecharostquiluiparled oraison de «simplicité». Cette proposition n était pas sans risque d hérésie quiétiste car l oraison de simplicité est une pratique selon laquelle l orante suspend ses prières vocalespoursetenirensilencedevantdieuetsepénétrerdesaprésence.maislajeune femme n y parviendra pas: «mais comme l heure n était point encore venue, je ne la comprenais pas Je voulais avoir par effort ce que je ne pouvais acquérir qu en cessant touteffort.»(j.guyon, : ).Cequin estpassansévoquercesavoir qui s acquiert dans l expérience(analytique) et non dans les livres, ainsi que le temps logiquesurlequel«levouloir»n aaucuneffet.maiscetterencontreavecmmecharost enclencheunréelquestionnementetunprocessdechangement.autrerencontre,celle dephilippedechamesson Foissyquiluiapprendquel oraisonpeut êtrecontinuelleet sans contenu (J. Guyon, : 192). Ce qui la laisse à la fois dans l incompréhension et l admiration. Cette nouvelle donnée aura pour effet d aiguiser le désir de savoir de la jeune femme et de l encourager à poursuivre sa transformation subjective. Enfin, la parole incidentelle d un franciscain: Archange Enguerrand, vient fairecoupure,luifaisantfranchirlepasdécisif:«c est,madame,quevouscherchezaudehorscequevousavezau dedans.accoutumez vousàchercherdieudansvotrecœuret vousl ytrouverez.»(j.guyon, :197). Ainsicetteparoleincarnéel inclineàchercherà«l intérieur»cequiyestdéjà.ici, peutserepérerlapremièreétapedelaspatialisationdesonexpériencemystique.dans cettequêtedejeanneguyon,sonespaceserefermesursonobjet,surcettepartd être, auplusintimed elle même.nousverronsque«lasortie»seraaussiscandée,ménagée, paruneparole,celledupèrelacombe,quidevintplustardsondirecteurspirituel.c est decejour,qu ellevanaîtreà«lavieparfaite»(j.guyon, :132),c est à direà laviedivine.transposéedanslechampdelapsychanalyse,cetteexhortationprendrait valeurd actepuisqu elleinvitejeanneàpasserunseuil.lepremier,oùl espaceenglobe son objet; le second, où à partir du «rien», coupure, hors sens, l espace se dilate, se retourne.sortie«enundehorssansdedans»,«extérioritépure».untelespacedoitêtre conçu comme étant sans bord, sans opposition de l intérieur et de l extérieur, entièrement ouvert. Mais je reviendrai sur ce dernier point. Ainsi, paroles ou actes invitentàcetteséparationseparare,ausensoùlacanenparleen1964danslesquatre concepts fondamentaux de la psychanalyse (J.Lacan, 1964: 194). C est à dire, qu ils ont unevaleurdeséparationdansunprocèsderéalisationsubjective.séparationquin est queretourdansladialectiquedutransfertdecetteséparationcorréléeàl avènementdu sujetmême.eneffet,dansunpremiertemps,lesujetestaliéné.c estletempsdelaprise dusujetdanslachaînesignifiante,tempsdecaptureparlesattributsposéssurlebord de son berceau. Cependant, le sujet n est que «ce qu un signifiant représente pour un autre signifiant», c est à dire qu il ne vient à être représenté par un signifiant, qu à 5 disparaîtrecommesujetsouscesignifiantetàtomberdansle«nonsens».lesujetest coupureetsavérité,sitôtvenueaujour,seperddanslesavoir.cettevériténepeutêtre ditequ àmoitié,mi dite.lesujetestséparédecequilecause.cettepartd êtredusujet, dont il est séparé à jamais et qui le fait désirant, est inarticulable dans le langage, exsiste. La séparation, c est l intersection, ce «non sens» entre ces deux ensembles que sontlesujetetl Autre.Etd unpointdevuetopologique,ils agitdeladisjonctionlorsque l intersection des deux ensembles est vide. En suivant les équivoques de ce verbe separare, séparer, comme l indique Lacan dans cette leçon du 27 mai 1964, nous trouvons se parare, se parer, s habiller, se défendre, et nous glissons jusqu àse parere, s engendrer, mettre au monde. Cette parturition n est autre que celle du sujet qui s engendrelui mêmeaulieudecetautre(j.lacan,1964:194). Autre rencontre, autres paroles, dans ce parcours mystique, celles de Maur de l EnfantJésus,quiinclineJeannevers«l abandonquin excepterien»,«lapentesecrèteà n être rien». Mais c est aussi la position tenue par son principal directeur spirituel, Bertot,auquelelleneparvenaitpasàexpliquersesétats.Bertotquilavoit«toutsurle bord» et l exhorte à se laisser tomber «dans un abîme sans fond, sans lumière Sans bornes La foi est une nuit, l amour est aveugle, un abîme sans bornes: car c est l infini, c estl éternité,c estl incompréhensibilité,c estdieuetlerien EtDieuest(aussi)entoute chose» (C.Millot, 2006: 42). Les thèses de Maître Eckhart n étaient pas loin de telles positions et nous verrons quels risques politiques prenaient ces prêtres avec leur radicalité théologique. Jeanne Guyon, bien malgré elle, y sera entrainée à son tour. Un quotidienhostileetmisérablepeutaideràrenonceràsaproprevolontéetlaisserplace àlavolontédivine.c estaussibertotquiluidéfendlesaustéritésetpénitences,dontelle n est pas digne, et l incite à prendre un autre directeur; ce qu elle interprète comme: «signe visible de la condamnation de Dieu». Ce n est que plus tard que Jeanne Guyon reconnut que l impuissance où elle fut tenue et l incompréhension qu elle suscitait, lui furent cependant très utiles, pour lui «ôter tout appui» et avancer dans sa quête spirituelle(j.guyon, : ).L attitudenondirectivedeceuxquel époque classiquenommait«directeurdeconscience»,lesrapprochecommeparanticipationde la position tenue par l analyste qui bien que supposé savoir, reste silencieux. Silence nécessaire pour que s élève cette parole singulière du sujet en cure et qu advienne sa vérité. Et enfin, cette tuché que fut, comme l appréciera Catherine Millot:«Une des plus belles rencontres du siècle»: la rencontre de Jeanne Guyon et de Fénelon, «son fils spirituelbienaimé».«l union»qu elleapourluiestdetouteautrenature,«entièrement nouvelle», que celle qu elle avait alors pour le père La Combe, (avec qui elle correspondaitetquidevintsondirecteurspirituel).rencontrequimarqueuntournant dans sa vie. Jeanne sort d un état de«mort», «d assèchement», pour passer dans la résurrection,«la vie d union», qui se manifeste en une intense et incessante activité «apostolique». Dansunsonge,ellevoitapparaîtreunhommequiserasondiscipled élection,son fils spirituel. Songe qu elle commente ainsi: «Depuis lors, je cherche partout à le rencontrer.»(j.guyon&fénelon, :42).Larencontreauralieuhuitansplus tard,débutoctobre1688,auchâteaudebeynesprèsdeversailles,parl entremisedela duchesse de Béthune, fille de surintendant Fouquet. Fénelon est déjà célèbre et deviendra un an plus tard le précepteur du duc de Bourgogne, petit fils de Louis XIV, 6 futurhéritierdutrône.cetterencontreadvintàunmomentdesavieoù,ayantaccompli son propre parcours, elle va venir en position de directeur spirituel. Eclairée de l expérience qu elle a traversée, elle conduira son fils spirituel dans cette aventure unique qu est la transformation subjective en ce long parcours intérieur, orienté par Dieu. Chercheraudedans «C est, Madame, que vous cherchez au dehors ce que vous avez au dedans. Accoutumez vousàchercherdieudansvotrecœuretvousl ytrouverez.»(j.guyon, :197).Surcetteparoleincarnéeparcefranciscain,ArchangeEnguerrand,Jeanne Guyonvaorientersamarcheverscetintérieur.L espace,avais jeproposé,sesphérisant sursonobjet.objetquejeannetentederejoindreetqu elleincarneraàunmomentdans sonparcours.pouryaccéder,lapasserelleest:«l ascèse»quiviseàreboursàs ouvrir sansréserveàcetautredontl actionsesignaleparladouleurqui«entame,faitbrèche, ouvre» et «défend la marge». Par l ascèse vient «une indifférence» qui permet d accueillirtoutechosesansdistinctionentrelebonetlemauvaispoursoi.ilfautdonc mettrehorsjeuleprincipedeplaisirpourbriserlesrésistancescomme,parexemple,le «dégoût» que Jeanne Guyon va vaincre en réalisant ce qui lui semble impossible: manger ce qu il y a, pour elle, de plus dégoûtant. Ce qu elle ne pouvait faire, elle va le faire et une fois le dégoût dépassé elle abandonnera sa pratique mortificatrice, sans complaisance pour la souffrance ou l abjection. Le but étant «d assujettir les se
Related Search
We Need Your Support
Thank you for visiting our website and your interest in our free products and services. We are nonprofit website to share and download documents. To the running of this website, we need your help to support us.

Thanks to everyone for your continued support.

No, Thanks
SAVE OUR EARTH

We need your sign to support Project to invent "SMART AND CONTROLLABLE REFLECTIVE BALLOONS" to cover the Sun and Save Our Earth.

More details...

Sign Now!

We are very appreciated for your Prompt Action!

x